728-90-header
728-90-header

Parachath Vayétsé Un moteur de vie

Parachath Vayétsé  Un moteur de vie

La paracha que nous lirons ce chabbat porte le nom de Vayétsé qui signifie « Il sortit » car, pour fuir la colère de son frère Essav, Yaacov dut quitter Béer Cheva. Mais au-delà de cette lecture littérale, les commentateurs nous proposent de comprendre cette sortie sur un registre bien plus profond, pour nous inviter à réfléchir sur la condition juive.

Chacun des patriarches a institué l’une des trois prières quotidiennes. Avraham institua celle du matin, Sha’harit. Its’hak, celle de Min’ha dite dans l’après midi et Yaakov fixa la prière du soir, Arvit. Comme on le devine aisément, la personnalité de Yaakov est étroitement liée avec cette prière dite la nuit, puisque rien n’est fortuit dans la Torah. Allons plus loin : la fixation de Arvit par Yaakov est rapportée dans notre paracha qui porte le nom de Vayétsé (Il sortit). Il faut donc comprendre que ces trois détails (Yaakov, Arvit et « Il sortit ») sont porteurs d’un enseignement commun.

 

SORTIR DE L’EXIL

Pour comprendre la portée de cette association, il faut définir au préalable la notion d’exil. Au sens premier du terme, l’exil est un éloignement qui se produit entre le Peuple juif et D.ieu. L’une des conséquences de cette situation est l’obscurité qui s’installe dans notre perception du monde et des événements. Bien souvent notre existence n’est plus compréhensible. Des trois patriarches, c’est Yaakov qui sera confronté à cette situation. Il va non seulement quitter la tranquillité de la Terre d’Israël pour vivre dans un monde où la spiritualité est très réduite, mais de plus, il devra affronter l’adversité la plus redoutable, en la personne de son beau père. On comprend donc pourquoi c’est Yaakov qui institua la prière du soir de Arvit. Cette prière est dite à un moment comparable à l’exil. Mais cette période n’est pas une valeur en soi. Elle n’existe que pour être dépassée, pour nous permettre d’utiliser les forces cachées en nous et de retrouver notre Créateur. C’est la résilience. Voici donc pourquoi notre paracha porte le nom de Vayétsé (Il sortit). L’exil n’est en fait qu’une invitation à sortir de soi, de ses habitudes, de sa paresse spirituelle et de son confort matériel pour être véritablement libre.

LE TROISIÈME TEMPLE

Devient-il alors possible de situer le début de la paracha qui évoque le rêve de Yaakov voyant une échelle posée à terre et dont le sommet atteint le ciel ? Pour les commentateurs, cette échelle n’est autre que celle qui mène au troisième Temple, celui qui correspond au troisième patriarche, Yaakov. Cette mention du Temple vient juste après le rappel de la sortie de Yaakov. Quand on décide, de toutes ses forces spirituelles, de sortir de son exil on dévoile non seulement le Temple qui est en nous mais on amène aussi la délivrance, la Gueoula grâce au TIKOUN HAOLAM.

RAV YAACOV SPITEZKI

054 23 99 791

shorashim@yahoo.com

SHORASHIM

Le centre pour les étudiants francophones

Université Hébraïque de Jérusalem

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *